Multitude artistique

L’art se développe aujourd’hui sur le mode d’une « créativité diffuse », sur le mode d’une multitude/multiplicité. Les avant-gardes artistiques ont fait franchir à l’art ses dernières limites, ses ultimes frontières. Aucun idéal esthétique, aucune norme académique ne réussit à contenir les pratiques contemporaines. Ce débordement des corpus et des territoires débouche sur une pluralité de formes et sur une multiplicité de pratiques. Par ailleurs, le capitalisme contemporain essaie de mobiliser à son profit cette « créativité diffuse » dans le cadre de son industrie culturelle, urbaine et touristique, comme il le fait de façon similaire pour d’autres ressources existentielles : le social, l’intellect, les affects… L’art doit désormais être étudié en fonction de ces nouveaux enjeux politiques et de ces nouvelles contradictions, en tant que pratique diffuse, articulée aux autres activités sociales, en prise avec de nombreuses dimensions de l’existence. Un art rendu à sa multitude.

les textes

L’immatériel en construction

Ce texte a été écrit à l’amicale demande de Jana Revedin comme avant-propos de l’ouvrage collectif Construire avec l´immatériel (Temps, usages, communautés, droit, climat… de nouvelles ressources pour l´architecture) qu’elle a dirigé dans la Collection Manifestô – Alternatives aux éditions Gallimard. La mise à disposition en ligne de mon texte

Lire...

Une politique de la co-création

« Pour vraiment connaître une paire de lacets, il vous faut faire l’expérience de les attacher, et cette expérience nous est commune, même si nous l’inscrivons dans une optique différente selon que nous sommes marcheur ou savetier », Matthew B. Crawford, Éloge du carburateur (Essai sur le sens et la valeur

Lire...

Faire œuvre commune. À propos du livre de Yvain von Stebut, « Inventer son métier à la banlieue de l’art »

« Si je ne peux que déplorer la perte de singularité que produisent les “industries de clonage culturel”, je suis également très critique vis-à-vis des artistes et des professionnels de la culture qui s’obstinent à défendre une “cause de l’art” sur un mode héroïque, où l’artiste demeure finalement cette personnalité exceptionnelle

Lire...

Nos devenirs-multitude

L’art sollicite de plus en plus fréquemment les autres domaines d’action et de connaissance et le travail de création s’exerce alors à la jonction d’une diversité d’expériences : celle des habitants d’un quartier ou des résidents d’une institution, mais aussi celle, plus spécialisée, des chercheurs en science sociale ou des

Lire...

Ponctuations entre art et sociologie

Ce texte a été rédigé à partir de la transcription de mes interventions lors de la journée de rencontres et de débats organisée, le 30 septembre 2008 à Cesson-Sevigné, par la Région Bretagne [1] sur le thème La présence artistique. Cette journée réunissait artistes et acteurs culturels autour d’un questionnement

Lire...

Un art rendu à sa multitude

Dans un précédent ouvrage, Une sociologie du travail artistique, nous interrogions le travail artistique dans son déroulement ordinaire et nous constations à quel point il déborde largement les lieux dans lesquels historiquement il s’inscrivait (les lieux de l’exposition et de la représentation) ainsi que les corpus esthétiques et théoriques qui

Lire...

L’expérience de la co-création, l’art qui s’entremet

Depuis longtemps, la proposition artistique ne se résume plus au colloque singulier entre le sujet créateur et son œuvre. L’artiste devient “entremetteur” lorsque, dans une démarche participative ou de co-création, il entremêle sa subjectivité avec d’autres, avec des subjectivités qu’il sollicite lorsqu’il souhaite l’implication d’un public ou des subjectivités qui

Lire...